Conférences samedi 9

Samedi 9 octobre 14h-19h

14h-15h : Récit d’une campagne océanographique dans le Pacifique par Cécile Guieu

Un documentaire (26 mn) réalisé pendant l'expédition océanographique TONGA sera projeté et suivi d'un échange avec Cécile Guieu, directrice de recherche CNRS au Laboratoire d'Océanographie de Villefranche sur Mer

En 2019, 30 scientifiques à bord du navire océanographique français l’Atalante ont parcouru plus de 6000 km sillonnant l’océan pendant 37 jours au départ de Nouméa. A la recherche de sources hydrothermales peu profondes dans la région de l’Arc de Tonga, les scientifiques ont cherché à évaluer l’impact des éléments chimiques issus de ces sources sur les écosystèmes et le cycle du carbone dans cette immense zone de l’océan.
 

15h-16h : Les nouveaux instruments numériques de musique par Gaël Navard

Gaël Navard est chercheur et professeur de composition électroacoustique au conservatoire à rayonnement régional de Nice. Il présentera ses dernières recherches dans le domaine des lutheries numériques expressives avec cet ensemble d'instruments étonnants : theremin, ondes martenots, continuum, eigenharp, soundplane, karlax, seaboard, sylphyo, linnstrument, boppad…

Lorsque l'on pense aux instruments électroniques, on imagine surtout des machines complexes avec plein de potentiomètres et de boutons lumineux. Souvent, la relation entre le jeu du musicien et le résultat musical est peu évidente. Combien de DJ semblent se contenter d'appuyer sur un bouton puis de hocher la tête en rythme ? Avons-nous perdu les virtuosités et les subtilités instrumentales proposées par les musiciens depuis des siècles ? Serait-ce lié aux instruments eux-mêmes ? Ont-ils sous leur forme électronique abandonné leurs capacités de jeu musical expressif ?
 

16h-17h : Sport, immunité et santé respiratoire par Valérie Bougault et Valentin Mons

Valérie Bougault est enseignante-chercheuse et Valentin Mons est doctorant au Laboratoire Motricité Humaine, Expertise, Sport, Santé d’Université Côte d’Azur. Ils aborderont les effets de l'exercice physique et de l'environnement sur le développement de pathologies respiratoires chez les sportifs, avec un éclairage chez des athlètes Master, âgés de 60 ans et plus.

La ventilation d'effort est reconnue comme n'étant pas un facteur limitant de la performance chez le sportif sain. Toutefois, avec l'entraînement en endurance les voies respiratoires sont extrêmement sollicitées, non seulement par des flux d'air importants qui déclenchent des réactions inflammatoires localisées, mais également par les caractéristiques de l'air inspiré (polluants atmosphériques, air froid, produits chimiques tels que le chlore des piscines ou les pesticides, virus). De nombreux sportifs développent ainsi des pathologies respiratoires avec les années d'entraînement, dont la plus célèbre est l'asthme du sportif. Avec l'avancée en âge, le poumon et les voies aériennes perdent également certaines de leurs capacités physiologiques, et deviennent ainsi potentiellement limitants pour l'exercice physique.